Copyright 2007-2012
Built with Indexhibit

 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_leroux_012.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_025.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_018.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_008.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_021.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_003.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_014.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_026.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_024.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_016.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_013.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_leroux_006.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_leroux_007.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_leroux_008.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_leroux_005.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_006.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_022.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_002.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_007.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_020.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_015.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_023.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_004.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_019.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_005.jpg
 
 
http://antoine-leroux.com/files/gimgs/th-14_aLEROUX_4WHEELS_2012_001.jpg
 

Châtenay-Malabry, jeudi, 19h30. Je pénètre dans le gymnase où l’équipe a rendez-vous pour l’entraînement hebdomadaire. Steve prépare les équipements, dresse les poteaux de buts et s’assure que les fauteuils sont tous en bon état de marche. Les joueurs arrivent au compte-gouttes. Chacun d’entre eux prend place dans un fauteuil. Les pares choc sont installés et les vitesses de mobilité appropriées au match, enclenchées. Les premiers échanges de balle retentissent.

Habéddine Sébiane, président de l’association sportive du PUC Châtenay, connaît l’univers du foot fauteuil électrique depuis très longtemps. Il est l’un des principaux acteurs de ce sport en France, tant au titre de joueur qui a marqué les compétitions ces dernières années, qu’au travers de ces efforts pour le développement d’un cadre de pratique. Son association trouve sa place dans cette histoire récente de l’handisport. Elle est également née dans cette difficulté à articuler un discours sans contradictions, débarrassé des clichés et de cette figure réduite à deux visages : la personne handicapée, dans notre société, est soit perçue comme misérable, soit comme un héros. Mais que connaît-on de ces personnes dans l’entre-deux, dans la moyenne, celle dans laquelle la plupart d’entre nous se situons ?